“Two possibilities exist: either we are alone in the Universe or we are not. Both are equally terrifying.”

― Arthur C. Clarke

20080930

Trust in my self-righteous suicide

video

Wake up (wake up)
Grab a brush and put a little makeup
Hide the scars to fade away the shake up
(Hide the scars to fade away the shake )
Why'd you leave the keys up on the table?
Here you go create another fable

(You wanted to)
Grab a brush and put on a little makeup
(You wanted to)
Hide the scars to fade away the shake up
(You wanted to)
Why'd you leave the keys up on the table?
(You wanted to)

I don't think you trust, in, my,
Self-righteous suicide,
I, cry, when angels deserve to die!

Wake up (wake up)
Grab a brush and put a little makeup
Hide the scars to fade away the shake up
Why'd you leave the keys up on the table?
Here you go create another fable

(You wanted to)
Grab a brush and put on a little makeup
(You wanted to)
Hide the scars to fade away the shake up
(You wanted to)
Why'd you leave the keys up on the table?
(You wanted to)

I don't think you trust, in, my
Self-righteous suicide,
I cry, when angels deserve to die
In my self-righteous suicide,
I cry, when angels deserve to die

Father (father)
Father (father)
Father (father)
Father (father)
Father Into your hands I commend my spirit
Father Into your hands, why have you forsaken me?
In your eyes, forsaken me
In your thoughts, forsaken me
In your heart, forsaken me

Oh, trust in my, self-righteous suicide
I cry when angels deserve to die
In my self-righteous suicide
I cry when angels deserve to die

— System of a down, Chop Suey ! —

Pst !

N'oubliez pas vos titres de transports... on change de mois demain.


◄☺►

Ce message vous était gracieusement offert par Les Pensées Éparses.  Commencez la journée du bon pied: un bon café, le blog de Cy, et pas de coup de barre d'acier qui vous bloque dans les couilles parce que vous n'aviez pas pensé que votre CAM est périmée.

Dilbert

20080929

Now you're under control



Killing in the name of!

Some of those that wear forces
Are the same that burn crosses.
Some of those that wear forces
Are the same that burn crosses.
Some of those that wear forces
Are the same that burn crosses.
Some of those that wear forces
Are the same that burn crosses.

Killing in the name of!
Killing in the name of!

And now you do what they told ya
And now you do what they told ya
And now you do what they told ya
And now you do what they told ya
And now you do what they told ya
And now you do what they told ya
And now you do what they told ya
And now you do what they told ya
And now you do what they told ya
And now you do what they told ya
And now you do what they told ya
And now you do what they told ya

Those who died
Are justified
For wearing the badge, they're the chosen whites
You justify
Those that died
By wearing the badge, they're the chosen whites
Those who died
Are justified
For wearing the badge, they're the chosen whites
You justify
Those that died
By wearing the badge, they're the chosen whites

Some of those that wear forces
Are the same that burn crosses.
Some of those that wear forces
Are the same that burn crosses.
Some of those that wear forces
Are the same that burn crosses.
Some of those that wear forces
Are the same that burn crosses.

Killing in the name of!
Killing in the name of!

And now you do what they told ya
And now you do what they told ya
And now you do what they told ya
And now you do what they told ya
And now you do what they told ya, now you're under control
And now you do what they told ya, now you're under control
And now you do what they told ya, now you're under control
And now you do what they told ya, now you're under control
And now you do what they told ya, now you're under control
And now you do what they told ya, now you're under control
And now you do what they told ya, now you're under control

Those who died
Are justified
For wearing the badge, they're the chosen whites
You justify
Those that died
By wearing the badge, they're the chosen whites
Those who died
Are justified
For wearing the badge, they're the chosen whites
You justify
Those that died
By wearing the badge, they're the chosen whites
Come on!

(Guitar Solo)
Uggh!

Yeah! Come on! Uggh!

(Get louder until 9th by which time shouting)
Fuck you, I won't do what you tell me.
Fuck you, I won't do what you tell me.
Fuck you, I won't do what you tell me.
Fuck you, I won't do what you tell me.
Fuck you, I won't do what you tell me.
Fuck you, I won't do what you tell me.
Fuck you, I won't do what you tell me.
Fuck you, I won't do what you tell me.
FUCK YOU, I WON'T DO WHAT YOU TELL ME!!
FUCK YOU, I WON'T DO WHAT YOU TELL ME!!
FUCK YOU, I WON'T DO WHAT YOU TELL ME!!
FUCK YOU, T WON'T DO WHAT YOU TELL ME!!
FUCK YOU, I WON'T DO WHAT YOU TELL ME!!!
FUCK YOU, I WON'T DO WHAT YOU TELL ME!!!
FUCK YOU, I WON'T DO WHAT YOU TELL ME!!!
FUCK YOU, I WON'T DO WHAT YOU TELL ME!!!


— Rage against the machine, Killing in the name —

OWNED !

Passez une excellente semaine, tout le monde !




















Dilbert









20080928

Death Star over San Francisco

Citation

Je ne suis ni pour ni contre,
bien au contraire.
— Coluche —

Les débuts d'Asok...





╚══╬═╦═══╬╣

Tellement de choses se passent ces temps-ci dans mon quotidien que j'ai à peine le temps de reprendre mon souffle.  Aujourd'hui, c'est peut-être le premier jour de la semaine où je n'ai rien qui implique de rencontrer d'autres gens.  Oh, j'ai plein de choses à faire, mais je suis libre de choisir à quel moment.


Ça fait quasiment bizarre.

Nobody's hero


Song lyrics | Nobody's Hero lyrics

Dilbert





20080927

She fucking hates me... la la la love

video

Met a girl, thought she was grand
Fell in love found out first hand
Went well for a week or two
Then it all came unglued

In a trapp trip I can't grip
Never thought I'd be the one who'd slip
Then I started to realize
I was living one big lie

[Chorus]
She fucking hates me.......... trust
She fucking hates me.......... la la la love
I tried too hard and she tore my feelings
Like I had none and ripped them away
[Chorus]

She was queen for about an hour
After that shit got sour
She took all I ever had
No sign of guilt no feeling of bad

In a trapp trip I can't grip
Never thought I'd be the one who'd slip
Then I started to realize
I was living one big lie

[Chorus]

That's my story, as you see
Learned my lesson and so did she
Now it's over and i'm glad
'Cause I'm a fool for all I've said

[Chorus]

Trust
La la la la la la la la la love
Trust
She fucking hates me

— Puddle of mudd, She hates me —

Dilbert

20080925

Here comes the sun



Eins, zwei, drei, vier, fünf
Sechs, sieben, acht, neun, Aus.

Alle warten auf das Licht
Fürchtet euch fürchtet euch nicht
Die Sonne scheint mir aus den Augen
Sie wird heute Nacht nicht untergehen
Und die Welt zählt laut bis zehn

Eins
Hier kommt die Sonne
Zwei
Hier kommt die Sonne
Drei
Sie ist der hellste Stern von allen
Vier
Hier kommt die Sonne

Die Sonne scheint mir aus den Händen
Kann verbrennen kann euch blenden
Wenn sie aus den Fäusten bricht
Legt sich heiss auf das Gesicht
Sie wird heut nacht nicht untergehen
Und die Welt zählt laut bis zehn

Eins
Hier kommt die Sonne
Zwei
Hier kommt die Sonne
Drei
Sie ist der hellste Stern von allen
Vier
Hier kommt die Sonne
Fünf
Hier kommt die Sonne
Sechs
Hier kommt die Sonne
Sieben
Sie ist der hellste Stern von allen
Acht, neun
Hier kommt die Sonne

Die Sonne scheint mir aus den handen
Kann verbrennen, kann dich blenden
Wenn sie aus den Fäusten bricht
Legt sich heiss auf dein Gesicht
Legt sich schmerzend auf die Brust
Das Gleichgewicht wird zum Verlust
Lässt dich hart zu Boden gehen
Und die Welt zählt laut bis zehn

Eins
Hier kommt die Sonne
Zwei
Hier kommt die Sonne
Drei
Sie ist der hellste Stern von allen
Vier
Und wird nie vom Himmel fallen
Fünf
Hier kommt die Sonne
Sechs
Hier kommt die Sonne
Sieben
Sie ist der hellste Stern von allen
Acht, neun
Hier kommt die Sonne
Aus

— Rammstein, Sonne —

-----

(The English translation to Sonne)

One, two, three, four, five, six, seven, eight, nine, out

Everyone is waiting for the light
be afraid, don't be afraid
the sun is shining out of my eyes
it will not set tonight
and the world counts loudly to ten

One
Here comes the sun
Two
Here comes the sun
Three
It is the lightest star of all
Four
Here comes the sun

The sun is shining out of my hands
it can burn, it can blind you all
when it breaks out of the fists
it lays down hotly on the face
it will not set tonight
and the world counts loudly to ten

One
Here comes the sun
Two
Here comes the sun
Three
It is the lightest star of all
Four
Here comes the sun
Five
Here comes the sun
Six
Here comes the sun
Seven
It is the lightest star of all
Eight, nine
Here comes the sun

The sun is shining out of my hands
it can burn, it can blind you
when it breaks out of the fists
it lays down hotly on your face
it lays down painfully on your chest
balance is lost
it lets you go hard to the floor
and the world counts loudly to ten

One
Here comes the sun
Two
Here comes the sun
Three
It is the lightest star of all
Four
And it will never fall from the sky
Five
Here comes the sun
Six
Here comes the sun
Seven
It is the lightest star of all
Eight, nine
Here comes the sun

D'UH !

On entend parfois des choses qui stupéfient tellement elles sont stupides.  Mais si personne ne réagi illico, un phénomène ahurissant se produit: ces choses sont généralement admises, puis prises pour aquit puis enfin répétées.

C'est le cas d'une remarque qui revient de plus en plus souvent dans la bouche des politiciens (des autres partis) et de plusieurs chroniqueurs/journalistes/animateurs:

"Les gens ont réalisé qu'un vote pour le bloc, c'est un vote gaspillé, parce que le bloc ne prendra jamais le pouvoir à Ottawa."

Non, mais!  Sérieusement ! Existe-t-il RÉELLEMENT quelqu'un de VRAIMENT assez CAVE pour venir de réaliser ça?  On le sait depuis le TOUT DÉBUT que le bloc ne prendra pas le pouvoir.  Ça n'est ni son objectif, ni sa raison d'être, ni son aspiration.  Les raisons pour voter pour le bloc sont exactement les mêmes qu'elles étaient au tout début et elles n'ont jamais changées depuis.

Maintenant, si seulement les médias et les politiciens pouvaient pour un instant cesser de nous considérer comment des attardés, svp...

Dilbert

20080924

Voter pour un gouvernement qui bafoue
ses propres lois juste après les avoir
adoptées, c'est...


Lead me through the wastelands of deceit



I, lost all I had (one April day),
I, turned to my friends (nothing to see),
I, wrote down a name (and read it twice),
I, wallow in shame.

I, said that I love (eternal schemes),
I, cling to my past (like childish dreams)
I, promised to stay (and dwell my grief)
I, went far away.

I see roads beneath my feet,
Lead me through wastelands of deceit,
Rest your head now, don't you cry,
Don't ever ask the reason why

Kept inside our idle race
Ghost of an idol's false embrace
Rest your head now don't you cry
Don't ever ask the reasons why.

— Opeth, Porcelain Heart —

Dilbert

20080923

Infected



I will break into your thoughts
With what's written on my heart
I will break, break

I'm so sick,
Infected with where I live
Let me live without this
Empty bliss,
Selfishness
I'm so sick
I'm so sick

If you want more of this
We can push out, sell out, die out
So you'll shut up
And stay sleeping
With my screaming in your itching ears

I'm so sick,
Infected with where I live
Let me live without this
Empty bliss,
Selfishness
I'm so sick
I'm so sick

Hear it, I'm screaming it
You're heeding to it now

Hear it! I'm screaming it!
You tremble at this sound

You sink into my clothes
And this invasion
Makes me feel
Worthless, hopeless, sick

I'm so sick,
Infected with where I live
Let me live without this
Empty bliss,
Selfishness
I'm so sick
I'm so sick

I'm so sick
Infected with where I live
Let me live without this
Empty bliss, selfishness
I'm so
I'm so sick
I'm so
I'm so sick

— Flyleaf, I'm so sick —

Les P'tits Trucs d'Oncle Yan

J'sais pas si vous vous rappelez cet article où je vous parlais de Clipnabber...


Eh, bien! Ces gentils messieurs récidivent en vous offrant Tunenabber sur le même principe.  En deux-trois clics de souris, extrayez le son des vidéos trouvés sur Youtube pour les enregistrer sur votre ordi en format mp3.

'nuff said!


Dilbert

20080922

Ah pis quin!

Non mais tsé, tant qu'à être dans les bonnes fêtes pis tout' le kit...


ZZZiiiiibouuuussss Yamp !!!

Passe un très bel aniversaire, Miss Mauve !  :o)

Cy xx

Joyeux changement de décénie, Cx !

Un joyeux anniversaire et tout plein de bisous à ma soeur préférée!

T'as beau être prof de maths, j't'aime pareil, tsé.

xXx

Ton fwèwe

Culture en péril

Si vous ne l'avez pas encore vue, c'est de ça dont tout le monde parle... :o)



Voter Conservateur, c'est


Dilbert







20080921

Cher Journal,

J'arrive du supermarché où je suis tombé sur une caissière de la dernière génération.  Celle des moins de 20 ans.  Ça se voyait facilement à son estomac à quatre cavités.  À son âge, nous mâchions le chewing gum; eux le ruminent.

J'avais trois trucs qui n'entraient pas dans mes sacs.  La jeune fille m'a tendu deux petits collants fluos en un geste où l'absence totale de grâce laisse toute la place à l'efficacité, je suppose.

— Euh, j'aurais besoin d'un troisième collant.

Soit elle ne m'a pas entendu, soit elle s'en câlisse.  Dur à dire vue que sa concentration est partagée entre le scanning de mes emplettes et ses exercices de mastication.

Si mâcher la bouche ouverte devient une discipline olympique, inutile de chercher notre prochaine médaille d'or, les mecs!  Je l'ai trouvée.

Je lui réitère ma requête.

Sans un regard pour moi, elle continue à passer les codes-barres sous le lecteur optique mais cette fois, elle hoche la tête brièvement.  Elle a compris.

Je douille, je finis d'emballer mes achats et je quitte finalement le Maxi sans 3e collant.

Tu me diras, cher Journal, que cette histoire de collant ne valait pas une entrée sur mon blog... mais je ne peux m'empêcher de songer que je viens de vivre une des deux situations suivantes:

1) Je n'avais pas besoin de collants; elle m'a donc donnés les deux premiers pour rien;

2) J'avais effecivement besoin des collants, puisqu'elle m'en a donnés deux, mais cette petite bovidée était trop sans-coeur pour m'en remettre un 3e.

Bref, c'était ma conne de la journée.  En cherchant un peu, on trouve facilement son con quotidien.  C'est toujours une expérience fascinante.

20080920

En ville sans ma cervelle

L'an dernier, je vous avais écrit ce que je pensais de la journée "En Ville sans ma Voiture", évènement qui sera répété encore cette année, le 22 septembre. En relisant le billet, je me suis rendu compte que je n'avais pas changé d'avis d'une seule virgule.

Je me permets donc de vous le re-poster. Gardez à l'esprit que je ne suis pas contre les opérations de sensibilisation à l'environnement. Mais je suis contre celles qui sont mal faites et, surtout, contre l'hypocrisie flagrante sur laquelle celle-ci appuie ses fondations.

Jeudi dernier avait lieu à Montréal la 5e journée annuelle "au centre-ville sans ma voiture". Je vous précise tout de suite que j'appuie de tout cœur les causes environnementales. Inutile de me faire la leçon sur ce point. Cependant, si je suis tout à fait POUR la sauvegarde de l'environnement, je ne le suis pas au point de foncer tête baissée dans n'importe quelle initiative. 

La journée "en ville sans ma voiture" c'est con. C'est con et c'est hypocrite. Jeudi dernier, donc, journée "sans ma voiture", je suis resté pogné dans le trafic comme rarement ça m'arrive quand je quitte Varennes pour revenir à Verdun au petit matin. Je suis resté pogné dans le trafic à cause de tous les gens qui voulaient coûte que coûte être au centre-ville AVANT 9h30. Y'avait pas moins d'automobilistes en ville, jeudi dernier. Ils sont simplement arrivés plus tôt. 

Sérieux! Circulation automobile interdite de 9h30 à 15h30! De qui se moque-t-on? Et dans un quadrilatère qui n'englobe même pas le quartier des affaires dans son entier! Moi, qui bosse au coin de Peel et René-Lévesque, j'ai vu des voitures passer toute la journée! 

Les gens qui organisent ces mascarades sont des criminels! Ils se donnent bonne conscience en mettant en place ces parodies et laissent croire aux gens que quelque chose de réellement utile est fait alors qu'il n'en est rien. Les gens s'imaginent que leur B.A. est faite pis ciao! à l'an prochain! C'est pire à mon sens que de ne rien faire du tout! Dès le jour suivant, de toute façon, l'automobiliste montréalais remonte dans sa petite usine-à-tuer-la-planète sans une arrière pensée. 

Si on veut RÉELLEMENT agir, interdisons la circulation automobile à l'année longue de Berri à Atwater! Ou imposons des péages comme le fait la ville de Londres depuis plusieurs années. Limitons les livraisons à des heures marginales! Laissons uniquement les bus et les taxis rouler en ville! 

Je comprends l'intention: sensibiliser les gens. L'intention est bonne; la méthode ne vaut pas de la merde. 
Hier, à la radio, l'insipide Dutrisac interviewait Paule Houde, fier porte-parole de l'évènement.  Tous deux déploraient que la STM n'ait pas offert le service de transport en commun GRATUIT cette année, histoire d'encourager la participation des gens.  Ben oui, c'est ça... moi je paye ma passe mensuelle.  Si le métro est gratuit pour les gens qui se déplacent habituellement en bagnole, est-ce que j'aurai droit à un crédit?

-=-

La flamboyante initiative se déroulera comme ceci: de 9H30 (pour être bien certain de ne déranger personne, comme ça tous les automobilistes auront largement le temps d'entrer au centre-ville pour se pointer à l'heure au boulot) à 15H30 (toutes les rues seront de nouveau ouvertes bien avant que les gens n'aient fini de bosser) on fermera les rues dans la section orange de cette carte.  ATTENTION, les rues constituant la périphérie de la zone demeurent ouvertes! (donc, de Maisonneuve au nord ne sera pas fermée.  René-Lévesque au sud non plus).

Je vous ai mis en jaune la VRAIE zone qui constitue le centre-ville commercial et d'affaire de Montréal; en clair, la zone qu'il faudrait vraiment fermer, rues limitrophes incluses, pour que l'initiative ait un minimum de sérieux.  Quant aux heures: 7 heures à 19H00.  Comme ça, oui, on aurait un résultat probant: 75% des montréalais travaillant dans cette zone auraient pris congé lundi prochain.




La STM offre cette information sur son site:

Pour ceux parmis vous qui auraient de la difficulté à se faire une idée du périmètre, sachez que lorsque vous êtes à la station de métro McGill, sur le bord du quai, en vous penchant un peu vous apercevrez facilement la station Place des arts en regardant dans le tunnel.

Voter pour laisser l'industrie de l'alimentation
s'auto-règlementer, c'est...


20080919

Cher Journal,


J'ai vu Jean Chrétien, ce matin aux infos, rappeler Steven Harper à l'ordre.  Lui rappaler que ce sont les Libéraux qui ont éliminé le déficit.

Brave Jean Chrétien.

J'ignore comment Harper a pu oublier un tel fait d'arme.  En tout cas, moi je m'en souviens parfaitement, de l'exploit à Chrétien.  Il a courageusement "dumpé" le déficit dans la cour des provinces et... pouh!!! disparu.

Magie.

Voter pour l'argent du pétrole au détriment de la planète, c'est...


Dilbert

20080918

Votez CYBERYAN ! ! !

J'étais un peu en avance sur mon temps quand je vous ai entretenus de mes aspirations politiques. Que voulez-vous, comme disait Jean Crétin, il semble que je sois un précurseur malgré moi. L'Homme qui milite plus vite que son ombre.

J'avais pensé dans un premier temps vous re-poster les billets en question, mais c'est plus simple de me contenter de vous rappeler où vous pouvez (re)lire mes premiers pas de candidats au (futur) poste de Premier Ministre à vie. Comme le disait si bien Confussius: allez, les mecs, on va pas s'faire chier.

Comme Dion et Harper ne sont rien de plus que deux clowns pathétiques, ma victoire ne fait aucun doute. Mais je vais tout de même continuer à vous exposer mon programme électoral durant la présente campagne (entéka, aussitôt que j'y aurai réfléchi).

Donc, à bientôt passque, bon, à bientôt.

Quoique.

Voter pour un narcissique qui impose
sa dictature dans son propre cocus, c'est...


Dilbert

5AM

Je glisse sur ma chaise.  Les yeux me piquent.  J'aurais p't'être dû dormir un peu en fin de compte.  Là c'est sûr, c'est vraiment trop tard.


Je vais passer sous la douche.  Ça me fouettera peut-être un peu le sang.  Au minimum, je serai propre.

4AM

Me suis trompé.


La fatigue n'a pas attendu.  L'envie de dormir m'est dégringollée sur la hure bien avant 7 heures.  L'ennui, c'est que si je me recouche maintenant, jamais je ne serai capable de m'extraire de mes draps pour aller bosser.

Ma chatte, qui après 7 ans d'existence n'a toujours pas appris à lire l'heure, m'engueule pour se faire servir sa gammelle de bouffe.

Je pense que je vais m'faire du café.

3AM

Je suis rentré du boulot vers 18H15.  Au départ, j'avais eu l'intention de quitter la job vers 18H mais l'écoeurantite aiguë m'a pogné, comme on dit.  Je n'arrivais plus à mettre une pensée devant l'autre.

J'suis rentré chez moi crevé, sans raison particulière.  J'avais juste envie de m'étendre et de piquer un petit roupillon réparateur devant les nouvelles de crash boursiers américains et d'élections fédérales insipides.  C'est le moment que mon téléphone a choisi pour sortir de son mutisme.

— Allo?

— Chéri, c'est moi.  Est-ce que ça te tente de venir me rejoindre?

Je réfléchi rapidement... Ma Perle m'avait bien dit qu'elle avait un 5 à 7 ce soir mais qu'elle n'y resterait pas longtemps.  Juste le temps de prendre un drink.  De toute façon, elle devait rentrer à la maison pour préparer le souper aux enfants.

— Euh... t'es où?

— À la commission des liqueurs.

J'ai passé ma vie à voir la commission des liqueurs comme un groupe de succursales de la Société des Alcools du Québec.  Même si c'est pas la booze qui manque, c'est pas forcément le genre d'endroit où je tiendrais un 5 à 7.  Mais c'était avant que j'apprenne qu'au Quartier Dix 30, y'a une sorte de pub qui s'appelle comme ça.

À chaque fois que la Perle est partie pour un 5 à 7, ça a toujours — sans exception — été sur une affirmation du genre "je prends un verre et je m'en vais" et elle y est toujours restée jusqu'à très tard.

— Et les enfants?

— Je viens de les appeler.  Ils vont se débrouiller.

À 13 et 17 ans, je n'ai aucun doute là-dessus.

J'ai pas d'énergie mais l'invitation me tente.  Et puis, ça sera une belle occasion de faire la connaissance des collègues de ma copine.

— Ok. Le temps de me raffraîchir un brin et j'arrive.

Dont acte. J'y suis arrivé juste après sept heures.  J'ai été présenté à une dizaine de gens tous forts sympatiques.  J'ai bu un verre de vin rouge puis nous sommes allé bouffer au Zibo.  J'ai commandé un plat thaïlandais dont je ne me rappelle déjà plus le nom et qui était savoureux.

Un bon repas, quelques verres de vin, de l'excellente compagnie.  Nous sommes rentrés chez la Perle aux alentours de 23H, tous deux crevés.  Direction: Morphée.

Sauf qu'avant d'aller tester les propriétés spongieuses de mon oreiller, j'ai dû faire escale sur le trône de porcelaine, rapport à des secousses sismiques inquiétantes malmenant mon ti-bedon.  Je ne vous raconte pas cet épisode cataclysmique  mais force est d'admettre qu'une sorte de sonnette d'alarme avait été déclanchée en moi, annonçant le signal d'une évacuation générale aussi fulgurante que désordonnée.

Bon, bref.

Remis de mes émotions, m'en suis allé me lover tout contre ma douce (le meilleur moment d'une journée) et me suis endormi en tâchant d'ignorer les gargouillements internes qui m'affligeaient encore un peu.  Les aftershocks, quoi.

Puis les deux yeux m'ont ouvert à deux heures du mat'.  J'avais le sentiment d'avoir beaucoup rêvé.  De ces songes saugrenus qu'on arrive même pas à traduire en mots lorsqu'on souhaite les partager.  Tourne d'un bord, tourne de l'autre.  Rien à faire: j'suis réveillé ben raide.  

Dans ces cas-là, plus on combat l'état de conscience, moins on dort.  Et on réveille généralement notre partenaire qui, percevant une dynamique de sommeil inhabituelle, s'éveille à son tour en demandant ce qu'il y a.

— Je crois que je vais rentrer, chuchottais-je.

Elle s'en doutais.  Elle sait que lorsque je m'éveille en pleine nuit, comme ça (heureusement pas très souvent), j'ai rien d'autre à foutre que de me lever.  Et une fois debout, peu importe qu'il soit 2, 3, 4 ou 5 heures, je me dis toujours que je suis aussi bien d'en profiter pour revenir à Montréal et battre le trafic.

Il est donc 3 heures du matin au moment de rédiger ce texte.  Je n'ai toujours pas sommeil.  Je me connais: la fatigue va me tomber dessus à l'heure où mon réveil sonne normalement.  Et la journée sera très, très looongue.

'reusement, ça semble s'être calmé du côté de la tuyauterie.

C'est bon, le thaï, mais c'est épicé.

20080917

Retour des blogs de chevet

Ça y est, j'ai réactivé mon blogroll après l'avoir dépoussiéré un ti-peu.


Soyez sympa, allez voir les copains :)

Cy

Rapid Eye Movement



That's great, it starts with an earthquake, birds and snakes, an aeroplane -
Lenny Burnside is not afraid. Eye of a hurricane, listen to yourself churn -
world serves its own needs, don't misserve your own needs. Feed it up a knock,
speed, grunt no, strength no. Ladder structure clatter with fear of height,
down height. Wire in a fire, represent the seven games in a government for
hire and a combat site. Left her, wasn't coming in a hurry with the furies
breathing down your neck. Team by team reporters baffled, trump, tethered
crop. Look at that low plane! Fine then. Uh oh, overflow, population,
common group, but it'll do. Save yourself, serve yourself. World serves its
own needs, listen to your heart bleed. Tell me with the rapture and the
reverent in the right - right. You vitriolic, patriotic, slam, fight, bright
light, feeling pretty psyched.

It's the end of the world as we know it.
It's the end of the world as we know it.
It's the end of the world as we know it and I feel fine.

Six o'clock - TV hour. Don't get caught in foreign tower. Slash and burn,
return, listen to yourself churn. Lock him in uniform and book burning,
blood letting. Every motive escalate. Automotive incinerate. Light a candle,
light a motive. Step down, step down. Watch a heel crush, crush. Uh oh,
this means no fear - cavalier. Renegade and steer clear! A tournament,
a tournament, a tournament of lies. Offer me solutions, offer me alternatives
and I decline.

It's the end of the world as we know it.
It's the end of the world as we know it.
It's the end of the world as we know it and I feel fine.

The other night I tripped a nice continental drift divide. Mount St. Edelite.
Leonard Bernstein. Leonid Breshnev, Lenny Bruce and Lester Bangs.
Birthday party, cheesecake, jelly bean, boom! You symbiotic, patriotic,
slam, but neck, right? Right.

It's the end of the world as we know it.
It's the end of the world as we know it.
It's the end of the world as we know it and I feel fine...fine...

— R.E.M., It's the end of the world as we know it (and I feel fine) —

Voter pour une orgie de dépenses militaires, c'est...


Encore un morceau de moi

Ça me fait le même effet, toujours.

Une journée qui commence bien... une nouvelle qui tombe sur mon moral comme une sentence... et tout d'un coup je me sens plus vieux, plus seul, plus vide.

On est quoi?  On est ce qu'on sait.  On est ce qu'on fait.  Mais on est aussi ce qu'on aime.  Et lorsque des choses qu'on aime s'estompent et disparaissent, un peu de nous disparaît en même temps.

Moi, grand fan de bédé depuis toujours, j'ai senti des bouts de mon âme m'être arrachés lorsque s'en sont allés les Gosciny, Franquin, Morris, Reiser... Moi qui voue un culte à San-Antonio, je ne vous raconte pas le temps qu'il m'a fallu pour me remettre du départ de Frédérick Dard.

C'est chaque fois pareil.

Richard Wright est parti, maintenant.  Il s'en est allé de l'autre côté du mur, du côté obscur de la lune.  Je me demande s'il reste encore beaucoup de moi.

Rick, I wish you were here.

Dilbert





LA DETTE DU QUÉBEC